pop up description layer
  Boîte à outils- DPC    Message du président    Comité exécutif    Historique    Approche    Éducation médicale continue    Renonciation de responsabilité    English version  
Section membre
Événements

Interventions
Interventions chirurgicales
Interventions non-chirurgicales
Couvert par la RAMQ

Dernières nouvelles
Médias
Associations apparentées
Support technique


Interventions couvertes par la RAMQ

Veuillez sélectionner l'intervention couvertes par la RAMQ qui vous intéresse :

Le doigt gâchette :

Le doigt gâchette (trigger finger) est une affection très fréquente qui débute avec une gêne douloureuse au niveau de la paume lors des mouvements de flexion et d'extension d'un doigt, en règle générale plus importante le matin. Cette sensation de gêne peut évoluer vers un véritable blocage mécanique.

Cette pathologie apparaît surtout chez les patients d’âge moyen, et plus particulièrement chez les diabétiques.

Ce blocage est dû à un conflit entre un tendon et la gaine dans lequel il glisse normalement pour permettre les mouvements de flexion et d’extension du doigt. Lorsque le tendon s’épaissit (souvent avec l’âge), il peut se former un nodule qui bloque le libre glissement dans la gaine. Le frottement crée alors de l’inflammation qui aggrave l’épaississement et un cercle vicieux s’installe.

Ceci se manifeste surtout en extension du doigt qui se débloque brusquement avec un ressaut parfois douloureux. Lorsque la maladie évolue, il devient nécessaire d’utiliser l’autre main pour assister l’extension du doigt concerné. À un stade très avancé, le doigt reste complètement bloqué en flexion. Aucun examen n’est habituellement requis. Le traitement fait appel à la mise au repos, aux attelles et finalement souvent à la décompression chirurgicale du tendon.

Lorsque une infiltration est pratiquée, l’effet anti-inflammatoire se manifeste au bout de quelques jours. La zone injectée peut être sensible pendant deux jours environ.

La chirurgie s’effectue en cas d’échec ou de récidive et se fait sous anesthésie locale en ambulatoire. Cette chirurgie consiste à libérer le tendon en élargissant le tunnel dans lequel il glisse. Les complications possibles incluent l’apparition d’adhérences qui limiteraient la course tendineuse, une infection, une lésion nerveuse ou artérielle.

Après l'intervention il n'y a ni attelle ni rééducation. Un simple pansement est conservé quelques jours. La récupération est généralement complète au bout de trois semaines.


ASCPEQ

Accueil
L'association
Message du président
Comité exécutif
Historique
Approche
Foire aux questions

Services

Trouvez un chirurgien
Interventions chirurgicales
Interventions non-chirurgicales
Couvert par la RAMQ
Éducation médicale continue
Dernières nouvelles

Informations

Contactez-nous
Support technique
Associations apparentées
Médias
Plan du site
Renonciation de responsabilité
© ASCPEQ - Tous droits réservés Conception : WEB Virtuose